Ces billets de cinq mille francs congolais dont personne ne veut à Kinshasa

IMG_20180323_072525IMG_20180323_072549

Les billets de 5000 FC sont refusés par les commerçants dans la ville de Kinshasa. Pour les gagne-petit, conclure une transaction avec ces billets relève du parcours du combattant. Et pourtant, selon les agents des différentes banques commerciales, ces billets ont cours légal. Il n’y a pas de raison de les refuser.

 Par ZM Mokemo

Denise n’en peut plus. Voilà une heure qu’elle essaie de faire le marché avec 10 000 FC (équivalent à une peu plus de 5 $ US), ces deux billets de 5000 FC retirés d’un distributeur de billets de la place à Kinshasa sont systématiquement refusés par tous les vendeurs du marché de l’UPN à Ngaliema.

Les raisons invoquées ne sont pas claires. De faux billets de 5000 FC ont circulé à Kinshasa il y a quelques semaines. Depuis la psychose s’est emparée de la population. Le fait que ces billets proviennent d’un distributeur des billets ne suffit pas à rassurer. Pourtant personne ne semble en mesure d’indiquer les caractéristiques de faux billets.

Pour la majorité des Kinois, les billets de 5000 Fc portant  le numéro de série RC sont d’office inutilisables, quel que soit leur origine ou leur état. Dans les banques, les clients refusent systématiquement de les prendre aux guichets.

 Mais avoir un billet ne portant pas le numéro de série RC ne suffit pas. Pour certains, les motifs triangulaires situés le long du bord gauche du billet sont aussi un critère pour détecter les faux billets : les bons billets en auraient 6 et les faux en auraient 4.

Les employés de banque rassurent

Sous  le couvert de l’anonymat une employée de banque de la place nous a certifié que la psychose des clients n’était pas fondée. Il n’y a plus de faux billets de 5000 FC en circulation. Les commerçants ne devraient pas refuser d’utiliser ces billets.

Frank, agent commercial d’une autre banque a quant à lui assuré que les billets des guichets automatiques de son institution sont bons.

On assiste parfois à des situations dramatiques. Jacques s’est vivement emporté contre un chauffeur de taxi qui refusait son billet de 5000 FC alors qu’il voulait payer sa course de 3000 FC. Les noms d’oiseaux ont vite fusé. Jacques avait retiré la veille son salaire de fonctionnaire d’une banque de la place. Ce sont les seuls billets qui étaient disponibles. Depuis il vit un véritable chemin de croix pour faire ses achats. D’après le chauffeur dans les stations d’essence, les pompistes prennent 1000 Fc pour chaque billet de 5000 FC d’où son refus. Dans les bus Transco, la société des transports publics de Kinshasa il n’est pas rare d’assister à des scènes similaires.

La solution venue de l’Orient

Blandine, femme au foyer, semble avoir trouvé la solution : faire ses achats dans les boutiques tenues par les Indo-Pakistanais qui disposent des détecteurs de faux billets. Dans un supermarché bien connu à l’UPN, a-t-elle indiqué, même les billets portant le numéro de série RC sont acceptés, après une rapide vérification.

Cependant, bon nombre de Kinois ne font pas leurs achats dans ces temples de consommation, mais plutôt auprès des vendeurs à la sauvette du quartier ou des alentours des places de marché.

L’expulsion d’un Congolais retarde de quatre heures le vol Air France Paris-Kinshasa du 18 janvier 2018

Par ZM Mokemo

 Des passagers du vol AF 888 d’Air France-KLM du 18 janvier 2017 se sont opposés à la présence d’un Congolais expulsé vers Kinshasa. Ils ont refusé de s’asseoir empêchant ainsi le décollage de l’avion.

Une dizaine de policiers était montée à bord en plus des trois fonctionnaires qui accompagnaient le passager reconduit à la frontière.

Après de longues minutes de discussion, les forces de l’ordre la force. Une escouade antiémeute a été appelée pour faire descendre trois voyageurs jugés récalcitrants.

L’avion a décollé à 14 h 30 au lieu de 10 h 40 comme initialement prévu.

Les propos d’un des policiers criant sur les passagers à 98 % d’origine africaine « Rentrez chez vous » ont envenimé la situation déjà confuse.

Le gouvernement Macron expulse

Le gouvernement d’Emmanuel Macron est présenté comme le plus ouvert à la diversité. Cependant la politique menée à l’endroit des sans-papiers est la plus dure qu’on ait vue ces dernières année.

Ces opérations d’expulsions de l’Europe vers l’Afrique défraient régulièrement la chronique. Plus d’une fois, par le passé des passagers ont manifesté leur solidarité avec les personnes expulsées.

Le décès de SEMIRA ADAMU  en 1998 a obligé les autorités à réfléchir sur les conditions de ces expulsions.

Le passager du vol AF 888 d’Air France KLM Paris-Kinshasa était menotté. Il portait un casque ressemblant à celui des boxeurs amateurs qui étouffait ses cris. À plusieurs reprises, on a vu les policiers s’appuyer sur lui pour le maintenir sur son siège.

Aux passagers qui lui demandaient comment ils pourraient voyager assis à côté de quelqu’un aussi agité, un des fonctionnaires a répondu avec un bref éclat dans les yeux et un sourire dans le coin des lèvres : « Il va se calmer dès qu’on aura décollé ».

Mobutu, la CIA et la « ménace communiste »

bomboko-mobutu-larry-delvin-chef-de-la-cia-au-congo-et-nendaka

Mobutu doit à la CIA et aux services secrets belges son ascension jusqu’à l’accession à la magistrature suprême.

Par ZM Mokemo

Un rapport déclassifié de la CIA intitulée « Zaïre : prospects for the Mobutu Regime(s). Key Judgements » datant de novembre 1986 montre à quel point Washington était prêt à tout pour contrer le communisme en Afrique centrale.

Les services secrets américains craignaient que le Zaïre (RD Congo actuel) ne bascule dans la violence en cas de décès soudain du Maréchal Mobutu.

La prise du pouvoir par des officiers prosoviétiques, quoiqu’envisagée, est cependant considérée comme « peu probable ».

Les noms des officiers prosoviétiques des Forces armées zaïroises ont été répertoriées avec soin mais sont caviardés dans la version rendue accessible au public le 3 février 2011.

Le document donne un bon aperçu des rapports entre Washington et Kinshasa. La diplomatie congolaise était sous tutelle de Washington. On a par exemple la confirmation que c’est le gouvernement américain qui avait expressément demandé à Mobutu de renouer les relations diplomatiques avec Israël.  

On peut également lire dans le document que l’envoi des troupes zaïroises au Tchad face à Kadhafi et en Angola en soutien à Savimbi était une décision motivée par la défense des intérêts américains.

En retour Washington assurait la sécurité de Mobutu et de son régime. Le Colonel Kadhafi était perçu comme la plus grave à laquelle Mobutu devait faire face. Les régimes marxistes chez les voisins directs étaient également vus d’un très mauvais œil du côté de Washington.

Dans le rapport, Mobutu est décrit comme réfractaire à toute compétition démocratique n’ayant pas grand-chose des opposants au régimes isolés et mal organisés.

Puis au détour d’un paragraphe on tombe sur des propos prémonitoires au vu de l’évolution du Zaïre une dizaine d’années plus tard :

« Cependant, le soutien de Mobutu à l’UNITA et l’influence croissante de la Libye le long de la frontière orientale du Zaïre pourraient conduire certains pays voisins à soutenir directement les rebelles anti-Mobutu, améliorant ainsi leur capacité à lancer sporadiquement des attaques transfrontalières à petite échelle. Bien que les capacités militaires du Zaïre se soient considérablement améliorées depuis la fin des années 1970, les forces de l’armée sont toujours confrontées à des problèmes qui limitent leur capacité à répondre aux attaques rebelles, même à petite échelle ».

Sauf que, une dizaine d’années plus tard, les rebelles venus de l’est pour chasser Mobutu furent soutenus par… les services secrets anglo-américains.

 

Mobutu, les putes et la CIA

Mobutu_Nixon_closeup

Des prostituées ont été utilisées par la CIA comme informatrice dans les années 70.

Par ZM Mokemo

Un document déclassifié de la CIA indique que l’agence des renseignements américains procurait des prostitués à des chefs d’état lors de leurs voyages à Washington.

Il s’agit d’une coupure de presse du Washington post du 28 mars 1976 archivé en bonne et due forme par l’agence dont la déclassification a été approuvée le 18 février 2011.

Trois dignitaires étrangers sont nommément cités : Mobutu Sese Seko, l’ancien président de la RD Congo, le Shah d’Iran et le Roi Hussein de Jordanie.

Le document révèle peu de détails. L’information est basée sur un rapport du Congrès des États-Unis divulgués par le New York Times.

C’est le milliardaire Howard Hugues qui aurait servi d’intermédiaire indique le document. Howard Hugues a été tour à tour aviateur, industriel, réalisateur et acteur de cinéma. Il est connu pour son comportement excentrique probablement dû à des problèmes de santé mentale.

Cette information peut sembler invraisemblable. Néanmoins, un autre rapport déclassifié de la CIA montre que le recours aux prostitués faisait bien partie des pratiques de la CIA.

mobutu cia putes

Franc CFA: les portes ouvertes enfoncées par Lionel Zinsou

« Il s’agit d’une opposition anti-impérialiste, populiste, qui est peut-être légitime politiquement mais n’a aucun rapport avec le vrai débat qui est celui de comment mieux financer le développement »

C’est ce qu’a déclaré Lionel Zinsou au rendez-vous « Club du Monde Afrique », vendredi 15 décembre, à l’auditorium du Monde.

L’impérialisme ne semble pas gêner l’ancien premier ministre béninois. Que les Africains essaient de se débarrasser d’une monnaie coloniale est sans intérêt.

Voilà une prise de position qui a le mérite d’être claire.

https://beninwebtv.com/2017/12/lionel-zinsou-lafrique-merite-des-debats-plus-serieux-sur-le-franc-cfa/

 

Cosmologies africaines, cosmologies écologiques

Nkisi nkondi Mangaaka 1880-1900

Le continent qui contribue le moins à l’effet de serre paie un lourd tribut à des dérèglements causés par les pays les plus riches (Séverine Kodjo-Grandvaux )

Par Mawâdi Mpembi

Les cosmologies africaines définissent la nature en un ensemble vivant, dynamique et ouvert selon Séverine Kodjo-Grandvaux.

Deux idées majeures sous-tendent le texte de Séverine Kodjo-Grandvaux  publié dans le journal Le Monde:

  • pour la cosmologie occidentale moderne, la nature est inerte et à la disposition de l’homme
  • pour la cosmologie africaine la nature est vivante, dynamique et ouverte. L’homme fait partie de cette nature et ne saurait s’en détacher. La protéger et la sauvegarder c’est se protéger soi-même.

Ces deux positions antagonistes participent à la conflictualité qui caractérise les rapports entre l’Afrique et l’Occident depuis des lustres. 

Aujourd’hui, « Quatre-vingts pour cent des réserves mondiales de coltan sont situées en République démocratique du Congo, où l’extraction de ce minerai stratégique pour la fabrication des smartphones pollue les eaux et les sols. »
La prise de conscience des conséquences de la nocivité des activités humaines sur la nature et le climat oblige l’Occident à une révolution épistémique pour se rapprocher des cosmogonies africaines. 

« Ce que la science nous invite à penser rejoint ce que les écologies premières, comme l’animisme, enseignent ».

L’humanité ne devrait pas continuer à scier la branche sur laquelle elle est assise.

 

 

Haïti Polo Team, 1er vice-champion du monde des polo en Australie

Le polo de Land Rover World Series de Polo dans la ville en Australie, a vu Haïti Polo Team affronter l’Australie (Adelaide) pour le titre du champion du monde, vendredi 15 décembre 2017 (heure locale).  Haïti Polo Team a mené 2-0 pour le premier chukker (quart), marquant dans les 30 premières secondes du match, mais l’équipe australienne a finalement prévalu 7-5 pour sceller le championnat pour l’Australie. Haïti Polo Team est donc premier vice-champion du World Series Polo.

(source: http://www.loophaiti.com/content/haiti-polo-team-1er-vice-champion-du-monde-des-polos-en-australie)

%d blogueurs aiment cette page :